Actualités

26 juin 2014

3 questions à Laurent Grandguillaume, nouveau co-président du Conseil de la simplification pour les entreprises

laurent-grandguillaumeVous venez de prendre la co-présidence du Conseil de la simplification pour les entreprises aux côtés de Guillaume Poitrinal. Quel a été votre premier sentiment à l’annonce de cette nomination ?

Laurent Grandguillaume : « C’est une fierté que d’avoir été désigné, aux côtés de Guillaume Poitrinal, en tant que co-Président du Conseil de la Simplification. Thierry Mandon a fait un très bon travail au sein du conseil et c’est une joie de pourvoir reprendre sa suite. J’ai beaucoup travaillé avec Thierry Mandon à l’Assemblée sur la vie des entreprises. Nous avons créé un groupe de réflexion dont l’objectif est d’organiser régulièrement des débats avec des entrepreneurs et des syndicats afin d’être force de proposition pour le redressement économique,  la simplification de la vie des entreprises et sur les évolutions du monde du travail. Lorsque j’ai appris ma nomination pour succéder à Thierry Mandon, je me suis dit que j’allais pouvoir poursuivre concrètement le travail engagé. »

Jeudi 19 juin se tenait la 6eme séance du Conseil sous votre co-présidence. Quel regard portez-vous sur ce groupe de travail et de réflexion ?

Laurent Grandguillaume : « J’ai tenu ma première réunion le 19 juin dernier et je suis entré directement dans le vif du sujet.  Nous avons travaillé sur le compte pénibilité puis nous avons reçu une organisation patronale et commencé par étudier leurs 50 propositions de mesures de simplifications. L’équipe qui accompagne le Conseil de la Simplification est très compétente, chacun est spécialiste d’un sujet. Cela nous permet de travailler sur un large panel de simplifications dans le domaine social, fiscal, de l’urbanisme, de l’administration… C’est très intéressant de voir que notre travail, nos réflexions et propositions aboutissent à de réelles modifications qui vont améliorer l’écosystème entrepreneurial.  Nous travaillons sur du concret ! »

Quels sont les chantiers prioritaires pour les mois qui viennent ?

Laurent Grandguillaume : « La priorité pour les mois à venir est dans un premier temps d’assurer le suivi et d’étudier la mise en œuvre des 50 premières mesures de simplifications. De plus, si nous gérons le stock des règlementations, nous devons aussi gérer le flux. C’est-à-dire  « une norme créée, une norme supprimée ». Les projets de loi seront désormais soumis à la même exigence. Des estimations fiables des coûts et économies générés par les projets de normes seront établies. Ayant travaillé sur la question de l’entrepreneuriat individuel, je poursuivrai également le travail de simplification des statuts juridiques des entreprises individuelles. »

Laisser un commentaire

* Champs obligatoires